• Animorphs - T13 - La mutation - Chapitre 2

      Voici ma vie, maintenant. Je l'accepte. Et puis, il y a certains côtés sympas à être un oiseau.
      Certains côtés très sympas.
      Bien nourri, plein d'énergie, je battais des ailes dans la prairie, en gagnant de l'altitude de la manière la plus dure qui soit : rien qu'à la force des muscles.
      J'ai dépassé les arbres et j'ai continué de grimper en maintenant l'effort. Je suis sorti de mon territoire. De plus en plus haut, battant des ailes. Alors, j'ai senti l'air s'agiter sous mes rémiges.
      Un superbe thermique. Une colonne d'air tiède qui montait du sol, chauffé par le soleil. Je m'y suis glissé et il m'a hissé comme un ascenseur.
      Je me suis mis à tourner et tourner dans ce courant chaud, à gagner de plus en plus d'altitude, jusqu'au moment où je ne devais plus paraître qu'un point dans le ciel au yeux des minuscules humains au sol. De plus en plus haut, avec comme seul bruit, maintenant, celui du vent contre mes plumes.
      J'ai jeté un coup d'œil en bas, derrière moi. J'ai aperçu brièvement une créature bizarre qui ressemblait de loin à une sorte de cerf bleu. Jusqu'au moment où on voyait la tête avec ses deux tentacules oculaires dressés sur le front. Et la queue de scorpion cinglante.
      Aximili-Esgarrouth-Isthil. Le seul Andalite vivant sur Terre. Mon ami. Enfin, autant qu'on puisse l'être, quand l'un est un enfant-oiseau et l'autre un extraterrestre.
      < Axos! >
      Il a continué de courir. C'est comme ça qu'il se nourrit. Il court dans l'herbe et dans les feuilles mortes, en absorbant par les sabots les végétaux écrasés.
      < Tobias! Tu vas chasser? >
      < Non, j'ai déjà déjeuné. A plus! >
      J'ai battu des ailes et je me suis élevé au-dessus des maisons. Ce n'étaient plus que des petits carrés gris et orange, aux toits bruns. De minuscules piscines scintillaient d'un bleu artificiel. J'ai aperçu des pelouses impeccablement tondues, des rectangles qui n'étaient autres que des voitures garées, des routes traversées en leur milieu par une bande blanche discontinue.
      J'ai continué de voler, par-dessus les maisons, par-dessus les routes, direction l'école. Peut-être à cause de la photo dans le magazine. Peut-être m'avait-elle donné envie d'y aller.
      La matinée était bien avancée, la lumière était maintenant vive et claire. Je pouvais voir par les fenêtres des salles de classe.
      Il y avait Jake, chef officieux des Animorphs. Il avait l'air de n'importe quel adolescent normal et était affalé à son bureau, les jambes allongées. Il avait sommeil et essayait de garder les yeux ouverts.
      Plus que n'importe qui d'autre au monde, Jake détenait l'avenir de l'espèce humaine entre ses mains. Ça fait bizarre, hein? Un grand gosse en baskets et en blouson, les yeux pleins de sommeil - lui, le chef de l'unique résistance contre l'invasion de la Terre par les Yirks?
      Je l'ai vu dodeliner deux fois de la tête et piquer du nez. La fille qui était assise derrière lui s'est penchée et lui a donné une petite tape sur l'épaule.
      Cassie. Un autre membre de notre petit groupe. Cassie n'a jamais rencontré d'animal qu'elle n'aime pas. Et elle n'a jamais connu de mode qui l'intéresse. Elle n'est pas très grande et dégage une impression de force. Ce n'est pas qu'elle soit spécialement musclée. Plutôt comme si elle faisait partie de quelque chose de plus puissant qu'elle. Comme si elle était un prolongement vivant de la Terre.
      En tout cas, c'est comme ça que je la vois. Comme un bon soldat au service de la nature. Vous trouvez ça nul, hein? Désolé, mais j'ai beaucoup de temps pour réfléchir. Et je crois que, parfois, je deviens trop sérieux.
      J'ai continué mon vol, puis j'ai tourné au coin du bâtiment. Dans une autre salle, j'ai repéré Marco. Il parlait. Rien d'étonnant. La classe s'est mise à rire. La prof a ri aussi, puis elle a eu l'air exaspérée, comme si en fait elle n'avait pas envie de rire. Là aussi, rien d'étonnant. C'est Marco. Ce gars adore être le centre d'intérêt.
      Il m'a fallu un moment pour repérer le dernier humain du groupe des Animorphs. Elle n'était pas dans sa salle de classe habituelle. Je l'ai d'abord aperçue brièvement dans le couloir.
      Ensuite, elle est sortie. Dans la grande cour qui sépare le bâtiment principal du gymnase et des locaux en réfection.
      Elle s'est avancée dans le soleil, et ses cheveux blonds se sont embrasés comme de l'or.
      Rachel.
      Avez-vous jamais rencontré quelqu'un qui semble traverser la vie éclairé par un projecteur personnel? Rachel, c'est ça.
      < Salut, ai-je dit en parole mentale. Qu'est-ce que tu fais, tu sèches les cours? >
      Elle ne pouvait pas me répondre. Vous comprenez, vous ne pouvez vous servir de la parole mentale que si vous êtes en animorphe (ou si vous êtes un Andalite). En revanche, on entend parfaitement.
      Rachel s'est arrêtée, la main au-dessus des yeux pour les protéger du soleil, et m'a cherché du regard. Alors elle m'a adressé un signe minuscule, un petit battement très rapide des doigts.
      Elle a fait un geste de la tête vers le gymnase. C'est là qu'elle allait. Elle a ouvert son classeur et j'ai aperçu une feuille de papier à lettres jaune, glissée à l'intérieur. Ah, donc elle apportait un mot à un de ses professeurs.
      Seulement, Rachel avait dû oublier que je peux voir des choses qu'aucun humain ne verra jamais. Sous le mot, il y avait une feuille de papier luxueux, à en-tête. C'était une lettre officielle, adressée à Rachel. J'ai lu " Félicitations! La Fondation Packard vous décerne le Prix des élèves exceptionnels."
      J'allais ajouter mes propres félicitations quand j'ai remarqué la date : la cérémonie de remise des prix était programmée lundi. Nous étions vendredi. C'était le genre d'évènement auquel Rachel avait dû inviter tout le monde.
      Tout le monde sauf moi. Je ne peux pas vraiment aller à des cérémonies de remise de prix ou autres galas. Rachel ne m'en avait même pas parlé, et je savais très bien pourquoi.
      J'ai essayé de prendre un ton guilleret :
      < Eh, j'ai un truc à te montrer après l'école. Mon relevé du Bassin yirk commence à prendre forme. Tu veux venir voler après ton dernier cours? >
      Je l'ai vue sourire. Elle a de nouveau hoché la tête, à peine un petit geste que personne d'autre n'aurait remarqué.
      < Cool >, ai-je dit.
      Là-dessus, je me suis éloigné à tir d'aile et Rachel s'est dirigée vers le gymnase. Il y a vraiment des trucs très sympas quand on est faucon. Et voler avec Rachel est sans doute le plus sympa de tous. Mais j'aurais bien aimé assister à sa remise de prix, aussi.
    Parfois, je me demandais, si tout était à refaire... si je ne pouvais plus jamais me transformer en Tobias le faucon, seulement être Tobias le garçon, qu'est-ce que je ferais?
      Je n'y pensais pas trop souvent, cela étant. Peut-être n'avais-je pas envie de connaître la réponse.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :